Vitamine B9

Les rôles de la vitamine B9 :

– dans la production du matériel génétique et des acides aminés nécessaires à la croissance cellulaire,

– dans le fonctionnement du système cérébral et nerveux,

– dans la formation des globules rouges,

– dans le système immunitaire,

– dans la cicatrisation (renouvellement de la peau).

Les symptômes d’une carence

Les risques de carences en vitamine B9 :

En raison de son rôle dans la synthèse de l’ADN et de l’ARN, un déficit provoque un ralentissement de la multiplication des cellules, notamment des globules rouges et blancs, celles de l’intestin, du foie et de la peau.

Les signes de cette carence sont :

– une anémie (carence en fer),
– des troubles digestifs et neurologiques,
– des atteintes des muqueuses (gencives par exemple).

Chez la femme enceinte, une carence entraine : des anomalies du développement des tissus maternels (placenta, circulation sanguine), anomalies de développement du fœtus (spina bifida, anencéphalie), retard de croissance du fœtus, augmentation du risque de prématurité…

Les sources

Elle fait partie des vitamines dites hydrosolubles c’est-à-dire solubles dans l’eau, elle ne peut être stockée dans l’organisme.

Les aliments naturellement les plus riches en vitamine B9 sont les légumes à feuille vertes.

On en retrouve également dans le jaune d’oeuf, les foies, les céréales complètes, certaines légumineuses et la levure alimentaire.

Doit-on se supplémenter ?

Elle est nécessaire à la production de nouvelles cellules, ce qui la rend particulièrement importante durant les périodes d’activité métabolique intense comme l’enfance, l’adolescence, la grossesse (développement du fœtus).

Une supplémentation est faite systématiquement en cas de désir de grossesse et durant les premiers mois de grossesse. 

Pour le reste de la population la supplémentation se fait, si nécessaire, sur conseils d’un professionnel de santé.

Vitamine C

Les rôles de la vitamine C :

– d’antioxydant naturel : elle protège du vieillissement cellulaire, 

– elle a un rôle dans la peau car elle est nécessaire à la synthèse du collagène,

– dans le système immunitaire,

– elle facilite l’absorption du fer non héminique (contenu dans les végétaux). 

Les symptômes d’une carence

La carence en vitamine C est possible car il n’y a pas de stock dans l’organisme. 

Elle provenir :
– d’une insuffisance d’apports alimentaires,
– d’une mauvaise absorption,
– d’une mauvaise assimilation par l’organisme notamment en cas de : surmenage, stress, tabagisme, pollution, infection.. 

La carence en vitamine C s’appelle le scorbut (lors d’une carence importante et prolongée).

Les sources

La source de vitamine C au niveau de l’alimentation est les fruits et légumes notamment crus. 

On la retrouve aussi également dans les herbes aromatiques notamment le persil qui a une teneur très importante en vitamine C.

Bonne nouvelle, une alimentation équilibrée suffit à combler les besoins en vitamine C. 

 

Comment préserver la vitamine C ?

La vitamine C est sensible à l’oxydation, à la chaleur et les pertes sont augmentées dans l’eau. Les pertes à la cuisson sont importantes et davantage selon les préparations utilisées (notamment dans l’eau).

En pratique pensez à : 

– varier les cuissons : la cuisson vapeur étant la plus indiquée, 

– ne pas faire tremper les fruits et légumes trop longtemps dans l’eau, 

– alternez votre consommation de fruits et légumes crus et cuits en veillant à avoir une source de crudité à chaque repas. 

La vitamine B12

Les rôles de la vitamine B12 :

– dans le métabolisme énergétique,

– dans le fonctionnement normal du système nerveux,

– assurent les fonctions psychologiques normales,

– dans la formation normale des globules rouges : avec la vitamine B9 elle joue un rôle anti-anémique. 

– dans le fonctionnement normal du système immunitaire,

– dans la diminution de la fatigue et de l’épuisement,

Les symptômes d’une carence

La carence en vitamine B12 peut être due à une difficulté d’absorption ou une insuffisance d’apport.

Les symptômes d’une carence :
– anémie
– pâleur
– fatigue
– atteinte du système nerveux : symptômes tels que sensations de fourmillement, engourdissement, perte de sensibilité… 

Les sources

Cette vitamine se retrouve uniquement dans les produits d’origine animale :

– Viandes
– Poissons
– Fruits de mer
– en moindre mesure : oeufs et produits laitiers

Que valent les autres sources de vitamine C ? 

Certaines algues (la spiruline, les algues nori…) sont parfois proposées comme sources de vitamine B12 mais les études actuelle montrent que la biodisponibilité de cette vitamine dans les algues est insuffisante pour être assimilée par les humains.

Doit-on se supplémenter ?

La vitamine B12 est donc essentielle à notre organisme. Les besoins sont couverts en cas d’alimentation variée et équilibrée. 

Certaines végétariens et tous les végétaliens devront prendre une supplémentation en vitamine B12 pour assurer un apport suffisant.

Il est intéressant de faire un point sur son alimentation pour corriger d’éventuels déséquilibres. 

Comment choisir ses gâteaux apéros ?

Aujourd’hui, les rayons dédiés à l’apéro sont immenses et l’offre est de plus en plus importante. Il est souvent difficile de choisir ses gâteaux apéros et souvent le marketing nous influence. 

Pour essayer de vous aider dans votre choix j’ai rédigé cet article afin de vous orienter vers les produits à consommer de préférence pour vos apéros. 

Que regarder sur l’étiquette ?

Les industriels étant des spécialistes du marketing, les produits criards, avec des couleurs vives et des allégations nutritionnelles vous incitant à acheter sont souvent les moins intéressant nutritionnellement. Attention donc aux promotions, publicités et tête de gondoles qui vous font généralement acheter alors que vous n’en avez pas besoin et, qui plus est, des produits peu intéressants. 

Regardez la liste des ingrédients qui doit être la plus courte possible, les ingrédients doivent être des ingrédients que vous retrouvez dans votre placards par exemple : 

  • pour des chips : pomme de sel, huile et sel 
  • pour des biscuits/gressins : farine, huile, eau, sel éventuellement graines, fromage etc… 

Attention aux arômes chimiques, colorants et autres ajouts

Dans le rayon des gâteaux apéros particulièrement on a de plus en plus de produits 100% inventés avec des saveurs créées de toutes pièces comme “barbecue”, “poulet grillé”, “vinaigre”, “nacho cheese”… Vous retrouvez dans ces produits des arômes de fumée,  des bases aromatisantes, des exhausteurs de goûts, de la viande de poulet en poudre… Ces substances créées industriellement pour satisfaire votre palais et vous faire finir le paquet une fois entamé sont à fuir.

Attention ils ne sont pas tous à éviter, par exemple : 

Exemple de composition d’un paquet de chips saveur barbecue :

Pommes de terre, huiles végétales (tournesol, colza, maïs en proportion variable),base aromatisante barbecue arômes, sucrose, farine de BLÉ, glucose fumé, glucose, acidifiant (acide citrique), épices (poivre noir, chili), poudres de tomate, ail et oignon, colorant (extrait de paprika), arômes de fumée,sel

Exemple de composition d’un paquet de chips classique :

Pommes de terre 64,9%, huile de tournesol 34%, sel.

Quelques conseils pour choisir ses biscuits apéros : 

Bien consciente que parfois on ne peut pas tout faire maison, voici quelques conseils pour mieux choisir vos gâteaux apéros lorsque vous ne vous tournez pas vers des produits maisons : ⁣
⁣⁣⁣- choisir des listes d’ingrédients courtes. ⁣
– choisir des petits contenants car plus le paquet est grand plus on en mange. Préférez un pique nique avec un paquet de chips individuel à un gros paquet. ⁣
éviter tous les produits avec des arômes et saveurs trop originales types « barbecue », « poulet grillé » etc… car il s’agit le plus souvent d’arôme complètement inventés et chimiques, rien de naturel donc. ⁣
comparer la liste des ingrédients : entre deux produits similaires vous pouvez avoir de grosses différences de compositions. ⁣
-privilégier les produits simples : olives, cacahuètes, pistache, fruits à coques, bretzel… ⁣

Si vous voulez vous laisser tenter par des produits 100% faits maisons retrouvez mon e-book 20 recettes pour l’apéro : 

Les vitamines

Les vitamines sont des substances indispensables au fonctionnement de l’organisme et que l’homme ne peut pas (pour la majorité) synthétiser lui-même, elles doivent être fournies par l’alimentation.

Dans l’alimentation on retrouve deux groupes : macronutriments et micronutriments.

– Les macronutriments qui fournissent les calories, c’est-à-dire l’énergie : les lipides, les glucides et les protéines.

– Les micronutriments qui n’apportent pas d’énergie mais qui sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme : les minéraux et les vitamines.

Les vitamines du groupe B et la vitamine C

Les vitamines dites hydrosolubles c’est-à-dire solubles dans l’eau. Il s’agît des vitamines du groupe B et de la vitamine C.

Elles peuvent être stockées, mais les risques de surdosage sont moins élevés en raison de leur élimination dans les urines.

Les vitamines A, D, E, K

Les vitamines dites liposolubles c’est-à-dire solubles dans les lipides et insolubles dans l’eau. Il s’agît des vitamines A, D, E et K.

Stockées dans les tissus adipeux (D, E) et en quantité importante dans le foie (A), leur capacité à être accumulées par l’organisme entraine un risque potentiel de toxicité en cas de surdosage.

Peut-on manquer de vitamines ?

Une alimentation variée et équilibrée est suffisante pour couvrir nos besoins en vitamines sauf en cas de pathologie.

Cependant, aujourd’hui certaines personnes se retrouvent carencées car nos modes d’alimentation et de vie ont changé et nos sources alimentaires sont plus faibles qu’auparavant. Par exemple : 

La vitamine D est apportée par l’alimentation mais en grande partie également par l’exposition au soleil et la sédentarité grandissante limite cette synthèse par la peau car nous sommes moins exposés au soleil qu’auparavant (travail dans les champs, récoltes etc).

Les vitamines B et C sont moins présentes également car l’agriculture intensive  appauvrit les sols, les rayons de nos magasins sont remplis de produits reconditionnés, trop longtemps stockés avant d’être consommés, ou cuits à haute température, détruisant ainsi une bonne partie des vitamines.

Les vitamines A, D, E, K sont liposolubles, associées aux graisses elles sont absentes des produits allégés ou 0% – que l’on en retrouve beaucoup aujourd’hui – car elles ont été éliminées lors du procédé d’écrémage.

Comment apporter toutes les vitamines à mon corps ?

Manger varié et équilibré est la clé pour apporter à l’organisme tout ce dont il a besoin.

Une supplémentation est souvent inutile et non sans danger car une surcharge en certaines vitamines peut entraîner une toxicité.

En cas de régime d’exclusion ou de pathologie une supplémentation est possible mais uniquement après prescription par votre médecin ou bilan avec un(e) diététicien(ne) nutritionniste.

Les fibres alimentaires

Les fibres se différencient des autres nutriments (protéines, glucides et lipides) car elles ne sont ni digérées ni absorbées par l’intestin grêle.

De ce fait, elles ne fournissent pas d’énergie au corps. Alors à quoi servent-elles me direz-vous ? Elles ont de nombreux rôles :

La régulation du transit

Les fibres insolubles permettent notamment de lutter contre la constipation en accélérant le transit et les fibres solubles contre la diarrhée en formant un gel qui ralentit la vidange gastrique.

Pour avoir ce rôle les fibres doivent être associées à une hydratation suffisante : vous devez boire de l’eau !

Régule l’absorption des graisses et des sucres

Elles agissent sur le métabolisme des graisses et réduisent le cholestérol. Ainsi que sur le métabolisme des glucides : elles ralentissent la digestion glucidique et limite donc les pics hyperglycémiques (intéressant autant chez les diabétiques que les non diabétiques).

Elles augmentent la sensation de satiété et de rassasiement

Elles augmentent la sensation de rassasiement et aident donc à mieux réguler l’appétit !

Prévention de certaines maladies

Elles nourrissent le microbiote intestinal et permettent de prévenir un certain nombre de maladies comme : le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’obésité…

En France, les sources de fibres sont :

  • les céréales notamment les céréales complètes qui contiennent entre 7 et 15% de fibres. Attention : plus les céréales sont raffinées (farine blanche, pâtes blanches…, moins elles contiennent de fibres).
  • les légumes secs (pois chiches, lentilles, haricots rouges…), leur richesse est très importante mais diminue lors de la cuisson.
  • les fruits et légumes dont la teneur reste intéressante surtout en raison de leur importance de consommation. N’oubliez pas, les crudités et les fruits et légumes consommés avec la peau contiennent davantage de fibres !

QUIZZ : les matières grasses

Les matières grasses 

Les matières grasses ont été pendant un temps décriées, elles connaissent aujourd’hui une remontée dans l’estime des mangeurs que nous sommes. Alors les graisses, à quoi servent-elles ? 

Je vais essayer d’y répondre à travers les réponses au QUIZZ proposé sur les réseaux sociaux sur les matières grasses :

Combien de catégories de lipides existe-t-il ? 

Traditionnellement, il existe 3 familles de lipides :

– Les acides gras saturés : ce sont principalement les graisses animales (beurre, viande, fromage) mais on en retrouve dans certaines graisses végétales (coco, palme, chocolat…). On dit qu’il faut en limiter la consommation car ils augmenteraient les risques cardiovasculaires.

– Les acides gras Mono Insaturés : on les retrouve dans plusieurs aliments mais notre principale source reste l’huile d’olive qui apporte des oméga 9 (acide oléique). Le corps est capable d’en fabriquer.

– Les acides gras PolyInsaturés : on les retrouve principalement dans les huiles végétales. Les oméga 3 et les oméga 6 en font partie. 

Pourquoi certains acides gras sont dits ESSENTIELS ?

Car l’organisme ne sait pas les fabriquer. Il s’agît de deux acides gras polyinsaturés : les oméga 6 et les oméga 3. On doit donc obligatoirement les retrouver dans notre alimentation. 

Les oméga 6 sont pro-inflammatoires et les oméga 3 sont anti-inflammatoires. De plus, les oméga 6 sont présents dans beaucoup de produits de consommation courante comme les biscuits, les boissons végétales, les pizzas industrielles, les plats préparés…  C’est pour ces 2 raisons que les recommandations actuelles visent à augmenter notre consommation d’oméga 3 et à limiter celle d’oméga 6. 

Dans quoi retrouve-t-on les oméga 3 ?

Dans certaines huiles végétales : huile de colza, huile de lin, huile de cameline, huile de chanvre… 

Dans les poissons gras : hareng, sardine, maquereau, saumon, truite… 

Dans certains oléagineux et graines : graine de chia, graine de lin, noix, noisettes… 

Dans les oeufs ou les volailles labellisés “Bleu Blanc Coeur”. 

Dans quoi retrouve-t-on les oméga 6 ? 

Dans certaines huiles végétales : huile de tournesol, huile de pépin de raisin, huile de palme, huile de soja, margarine végétale…

Dans les produits industriels : biscuits, gâteaux apéros, plats préparés…  

La margarine est moins grasse que le beurre ? 

La margarine et le beurre ont la même teneur en matière grasse : 83%. Sauf les margarines allégées qui contiennent énormément d’eau. 

L’huile d’olive est moins grasse que les autres huiles ? 

Toutes les huiles sont composées à 100% de lipides. 

Lequel de ces aliments contient peu ou pas de matières grasses ? 

Rappel des propositions :
a. Les fruits et légumes 
b. La viande
c. Les biscuits sucrés
d. Le fromage

Il s’agît évidemment des fruits et légumes qui sont connus pour leur faible teneur en lipides et en calories. 

La viande et le fromage contiennent des lipides naturellement présents. Les biscuits sucrés contiennent des matières grasses ajoutées. 

Laquelle des ces affirmations est fausse ? 

Rappel des propositions :
a. Les MG apportent des vitamines
b. Les MG servent à fabriquer certaines hormones
c. Les MG ne peuvent pas être stockées
d. Les MG rehaussent le goût et la saveur des plats
Il s’agît de la réponse c. car bien évidemment les graisses peuvent être stockées dans ce qu’on appelle le tissu adipeux (gras corporel).
 
Les autres réponses sont toutes justes et nous permettent de répondent à une autre question du QUIZZ : 
 
Faut-il supprimer les matières grasses de son alimentation ? 
 
les vitamines A, D, E et K sont dites liposolubles c’est à dire qu’elles sont présentes dans les matières grasses et si vous supprimez le gras de votre alimentation vous supprimez la source de ces vitamines (risque de carences). 
Les hormones sexuelles sont fabriquées par l’organisme à partir des matières grasses (encore une bonne raison de ne pas les supprimer de votre alimentation). Manger peu de matières grasses peu entraîner des troubles hormonaux.
Les matières grasses sont importantes pour le goût et la saveur des aliments c’est d’ailleurs pour cela qu’elles sont autant présentes dans les aliments ultra transformés car les industriels l’ont bien compris ! 
 

Le beurre contient une majorité d’Acide Gras Saturés ? 

Vrai. 

L’huile de coco contient une majorité d’Acide Gras Saturés ? 

Vrai. 

Les matières grasses sont apportées en totalité par l’alimentation ? 

Faux. On dit qu’il existe deux sources : l’une endogène (fabrication par l’organisme) et l’autre exogène (apport par l’alimentation) des lipides dans le corps. Comme vu précédemment, les deux seuls acides gras que l’organisme ne peut pas fabriquer sont les oméga 6 (acide linoléique) et les oméga 3 (acide alpha linolénique). 

QUIZZ spécial fromage

Le fromage, ami ou ennemi ? 

Le fromage est souvent mal réputé pour sa teneur en lipides et surtout en Acides Gras Saturés qui sont accusés d’être à l’origine de certaines maladies notamment les maladies cardiovasculaires.

Le fromage peut contenir également une quantité importante de sel, il s’agît d’un ingrédient de base de sa fabrication mais veillez tout de même à vérifier les étiquettes pour choisir une teneur en sel la plus basse possible.

Même si le fromage contient des graisses et du sel, il contient également de nombreux autres nutriments intéressant notamment des protéines (ce qui en fait un allié intéressant pour l’alimentation végétarienne) mais également du calcium, du phosphore, de la vitamine D ou encore du magnésium… Ce qui fait de lui un produit nutritionnellement très intéressant.

Autre point important : il contient des probiotiques ayant un rôle bénéfique sur notre microbiote intestinal.

Tout est une question de quantité : le fromage appartient à la catégorie des produits laitiers tout comme les yaourts (natures !), le fromage blanc ou encore le lait. Les recommandations actuelles sont à 2 produits laitiers par jour. A vous donc de ne pas en surconsommer et de consommer des portions raisonnable (1/8ème de camembert = 1 portion). 

Il y a quelques jours j’ai proposé sur Instragram un QUIZZ sur les fromages, je vous le partage ici suivi des réponses si cela peut vous intéresser. 

Existe-t-il une saison pour les fromage ? 

Tout comme les fruits et légumes les fromages ont des saisons, et respecter cette saisonnalité est importante surtout d’un point de vue nutritionnel et gustatif. L’herbe consommée par les animaux a des valeurs nutritionnelles différentes selon la période de l’année.

Les rayons des supermarchés sont approvisionnés toute l’année de tous types de fromages, mais si vous allez chez un fromager vous ne retrouverez, par exemple, pas de fromage de chèvre entre décembre et mars (plus ou moins) car c’est la période pendant laquelle les chèvres ne donnent pas de lait.

Tous les fromages de grande surface sont à éviter ?

Oui et non.

Les fromages industriels sont produits toute l’année, sans tenir compte des saisons ce qui signifie qu’ils font souvent l’objet d’ajout de conservateurs ou autres produits pour assurer une commercialisation constante. Pour diminuer les coûts, le temps d’affinage est réduit au minimum, or c’est l’affinage qui permet de révéler les goûts du fromage.

Au supermarché il faut privilégier des fromages certifiés : AOP ou IGP. Et surtout regarder la liste des ingrédients. Certains fromages auront des listes à rallonge avec des sels de fonte et autres additifs en tout genre. D’autres seront uniquement composés de : lait, ferments et sel c’est eux que vous devez favoriser.

Pour mon bébé/enfant je privilégie les fromages de grande surface ou les fromages fermiers ?

Les fromages vendus en grande surface car ils sont généralement pasteurisés. En effet, les fromages fermiers sont réalisés à partir de lait cru et les enfants de moins de 3 ans (voire 5 ans selon certaines recommandations) ne doivent pas consommer de lait cru en raison du risque microbiologique.

Lorsque vous donnez du fromage à votre enfant assurez vous qu’il soit pasteurisé.

Combien existe-t-il de famille de fromages ? 

8 familles : 

– Fromage frais ou blancs,

– Fromage à pâte molle et à croûte fleurie (camembert, brie…)

– Fromage à pâte molle et à croûte lavée (munster, marroilles…)

– Fromage à pâte pressée non cuite (cantal, tome…)

– Fromage à pâte persillée (roquefort, bleu de Bresse…)

– Fromage à pâte pressée cuite (emmental, comté…)

– Fromage de chèvre

– Fromage dit fondu (vache qui rit)

Le Babybel est-il un fromage industriel à éviter ? 

Non. Il est composé uniquement de trois ingrédients : lait, ferments et sel.

On évite les fromages type vache qui rit qui contiennent des sels de fonte (polyphosphates) augmentant les risques d’un excès de phosphore (déminéralisation du tissu osseux, troubles cardiaques, troubles respiratoires, troubles neurologiques… )

Le fromage le plus riche :

– Emmental

– Comté

– Bleu

– Kiri

En matières grasses : le comté (2. Emmental 3. bleu 4. Kiri).

En sel : le bleu (2. Kiri 3. Comté 4. Emmental).

Le bleu sur certains fromages est de la moisissure ? 

VRAI.

Les fromages persillés sont recouverts de tâches bleues car pour leur fabrication on utilise un champignon caractéristique : le pénicilium roquefortii qui donne cette couleur bleue caractéristique.

Il s’agît donc de moisissures certes, mais totalement sans incidence sur notre santé bien entendu !

Le fromage à pâte molle est… que le fromage à pâte dure. Compléter la phrase avec … plus gras OU … moins gras

Le fromage à pâte molle est moins gras que le fromage à pâte dure.

En moyenne la teneur en lipides des fromages à pâte molle est de 20 à 25g pour 100g et la teneur en lipides des fromages à pâte dure est de 28 à 32g pour 100g.

POURQUOI ? Car les fromages à pâtes dures sont plus concentrés ce qui signifie plus de protéines, de lipides et aussi moins d’eau !

L’alimentation pendant les fêtes

Et si on passait les fêtes sans prise de tête ?

Les fêtes de fin d’année sont souvent riches en terme d’alimentation : petits fours, foie gras, saumon, dinde, bûche, chocolats… Elles sont sources d’appréhensions pour de nombreuses personnes qui craignent de prendre du poids. Alors comment appréhender les fêtes avec plaisir ? Voici quelques conseils :

N’allégez pas les autres repas

Sous prétexte que l’on va beaucoup manger lors des repas de fêtes certains sont tentés d’alléger le petit déjeuner, le déjeuner ou encore supprimer la collation.

C’est un comportement à ne pas faire, car cela va au contraire augmenter votre faim et vos besoins énergétiques et vous allez manger davantage lors des repas festifs où les aliments sont souvent plus caloriques ! Alors que vous voulez limiter la prise de poids, vous risquez au contraire de l’augmenter !

Savourez ce que vous mangez !

Plus que jamais, car pendant les fêtes on mange des aliments rares, qu’on ne retrouve pas quotidiennement sur nos tables. Alors raison de plus pour les savourer et choisir ceux qui nous font réellement plaisir parmis le buffet d’apéro par exemple !

Manger lentement vous permettra de mieux ressentir vos signaux de faim et de satiété et d’apprécier le moment !

 

Et si on s’écoutait ?

Vous n’avez plus faim pour la bûche glacée ? Et si vous attendiez un petit peu avant d’en prendre une part ? Vous l’apprécierez d’autant plus et cela vous évitera un inconfort digestif en sortant de table.

Petite astuce : avant de se (re)servir, on se demande toujours si on a faim.

Savoir dire non

Eh oui, parfois ce n’est pas facile de dire non surtout pendant les fêtes, mais si vous n’avez plus faim ou que vous voulez vous réserver pour le plat qui va suivre n’hésitez pas à dire non, personne ne vous en voudra et votre bien être vous remerciera !

Buvez de l’eau

L’alcool est souvent présent à chaque repas de fête, pensez à l’accompagner de quelques verres d’eau au cours de la soirée mais également dans la journée. L’hydratation est importante, elle permettra aussi de réguler votre prise alimentaire.

Dernier point et pas des moindre, elle vous permettra peut être d’éviter la gueule de bois du lendemain !

L’activité physique ? Pendant les fêtes ?

Rassurez vous, je ne vais pas vous demander d’enfiler vos baskets pour un marathon à 7h du matin le 25 décembre ou le 1er janvier. L’activité physique c’est aussi : marcher en famille après le repas pour prendre l’air, dégourdir les jambes des petits comme des grands ou alors mettre de la musique et danser ! Ces moments en famille feront du bien à votre tête et à votre corps !

Lâchez prise ! 

Non, une semaine ne va pas modifier votre corps à tout jamais.          

En mangeant équilibré toute l’année, la période des fêtes n’impactera pas votre poids, votre organisme va se réguler dès la période passée et éliminera les éventuels grammes pris lors des derniers repas sans que vous n’ayez besoin de faire quoi que ce soit !

Surtout ne pas se restreindre car votre corps risque de prendre cela comme un signal d’alarme vous risquez de stocker davantage et de sécréter des hormones du stress comme le cortisol qui risque d’augmenter votre appétit et de favoriser la prise de poids.